Sirène

Pays de poésie

mermaidsImage extraite de “Pirates des Caraïbes : La Fontaine de Jouvence”

Tel fut le prix payé jadis par la sirène
À la noire sorcière, un matin de printemps :
D’abord son rouge coeur de corail palpitant
Fit place à de la chair, fragile chair humaine ;

De sa nageoire dont elle usait, souveraine,
Pour franchir sans danger les gouffres inquiétants,
Naissent jambes et pieds où la douleur s’étend,
À son rire fait place une expression de peine.

Pour l’amour d’un mortel a lieu ce sacrifice,
Pour un prince qui fut sauvé du précipice
Où s’était englouti son navire, autrefois ;

Elle a donné aussi, la fille de l’eau verte,
(Fatale à son amour sera pareille perte)
Elle a donné aussi sa ravissante voix.

View original post

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 3,678 other followers