Tags

, , , , , , , , , , , , , , ,

La femme regarde la

Jeune fille qu’elle fut avec

Nostalgie, celle-ci

Lui sourit et lui dit: “Tu

es qui je voulais être.”

Des graines plantées dans un sol fertile, qui se développent, deviennent des arbrisseaux puis des arbres, nous ne sommes rien d’autres. Les rides sur nos visages, le poids des ans sont nos anneaux de croissances. De la graine, nous devons garder la force vitale, de l’arbrisseau; la volonté de grandir. Arbres nous sommes, arbres dont les années ont tannés l’écorce. Le temps pour un arbre ne veut rien dire, il s’offre au soleil, à la pluie et surtout au vent à qui il conte ses souvenirs. Le vent les colporte dans la forêt à de jeunes arbrisseaux avides de grandir, il les colporte par delà les montagnes et les océans. Lorsque le moment venu, la foudre frappera l’arbre et qu’en fracas, il s’écroulera, l’arbre se réjouira car il sait qu’il sera le terreau où poussera la graine qui deviendra arbrisseau, qui deviendra arbre. Le vent leur contera le bel arbre qui occupait ce lieu. L’arbre est immortel, l’arbre ne se soucie pas du temps qui passe, l’arbre est toujours l’arbrisseau qui est toujours la graine.